News, Tech, Social media, Lifestyle

B + A = BA

“Education is the most powerful weapon which you can use to change the world”.

“L’éducation est l’arme la plus puissante que vous puissiez utiliser pour changer le monde”. Nelson Mandela

Tous les 5 octobre se célèbre dans le monde la Journée mondiale de l’enseignant.« Les enseignants pour l’égalité des genres » est le thème qui guidera les activités et les festivités cette année. Selon l’UNESCO, « la majorité des enfants non scolarisés et deux-tiers des adultes analphabètes sont de sexe féminin. Les femmes et les filles constituent ainsi la catégorie la plus importante de personnes privées de possibilités pleines et égales d’éducation ».

On a tous droit à l’éducation !!!

En Afrique en général et au Cameroun en particulier, c’est une réalité qui peut se vérifier, surtout dans des zones rurales et des villes meurtries par les guerres. Certaines familles préfèrent investir pour assurer l’éducation des enfants garçons car les filles « peuvent aller en mariage facilement ». Étant fille d’enseignante, j’ai une petite anecdote à ce sujet et c’était en ville. Ma mère avait reçu en 2011 dans sa classe de SIL (Section d’Initiation à la Lecture) une fillette âgée de dix ans. Elle n’était jamais allée à l’école car ses parents la préparaient à aller en mariage afin de recevoir la dot et d’améliorer leurs conditions de vie. Le paradoxe c’est qu’elle avait une petite sœur âgée de huit ans qui était déjà au Cours Élémentaire 2. C’est suite à une enquête instituée par le Ministère de l’Enseignement de Base qu’on a découvert que cette famille avait un enfant non scolarisé. Ce n’était pas la seule famille.

“De tous les devoirs des parents, le principal est la bonne éducation de leurs enfants”. Jean Baptiste Blanchard, Les maximes de l’honnête homme (1772)

Envoyer son enfant (fille comme garçon) à l’école, c’est le seul vrai héritage qu’on puisse lui léguer. Il demeure néanmoins vrai, parfois la volonté y est, les moyens financiers nécessaires non. L’État a aussi un rôle important à jouer.

« Éducation pour tous » ou Éducation sans tous ?

Dans le cadre de la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) a été lancée au Cameroun la politique de l’éducation pour tous en l’an 2000. Il était question de la rendre accessible et bénéfique à tous. Dans la foulée, l’école publique a été annoncée « gratuite » Malheureusement, dans nos rues :

  • L’on rencontre des enfants hors et éloignés de l’école et devenus vendeurs ambulants, « Nanga Boko » (enfants de la rue), « Waka » (prostituées), etc. ;
  • L’on rencontre des enseignants qui fuient les affectations dans des zones rurales et préfèrent rester en ville. Des raisons du genre « On m’a affecté(e) dans un village où il y a même pas d’électricité, je fais comment » ? sont souvent énoncées ;
  • L’on rencontre des jeunes qui deviennent enseignants non par vocation et amour du métier, mais pour la chasse au matricule de la fonction publique, apparemment garant d’une certaine sécurité (tu as ton salaire tous les mois). Pourtant, ce salaire est dérisoire eu égard de la noblesse et de la richesse de la profession.C’est pourquoi, malgré ce matricule ;
  • L’on rencontre des enseignants à la chasse du « gombo » pour joindre les deux bouts car, aujourd’hui il faut batailler et grever pour obtenir le fameux « paquet minimum » qui a maigri au fil des années. D’ailleurs, il est possible que ceux de l’année scolaire en cours n’aient pas encore été acheminés à ce jour… ;
  • L’on rencontre… Vous pourrez compléter la liste (en commentaires).

A observer cela, on se demande bien comment l’éducation sera pour tous ? Surtout que, selon l’UNESCO, « 2 millions de postes d’enseignants seront nécessaires pour atteindre l’objectif de l’éducation primaire pour tous d’ici à 2015 » fixé au sein de la Déclaration du Millénaire. Il serait temps, pour nos politiques, de repenser le système éducatif et les différents programmes y afférents, afin de multiplier nos armes pour changer notre société, notre continent, notre monde.

Je vous laisse avec cette douce mélodie de Kids United (un collectif initié par l’UNICEF), On écrit sur les murs. C’est vrai qu’à l’école ou à la maison c’est autre chose quand on te surprend en train d’écrire sur un mur (lol), mais l’essentiel c’est de savoir écrire, peu importe le support…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s